Un petit mot « sympa » de Didier Deschamps

La Fédération Française de Football compte plus de deux millions de licenciés. Pour une bonne partie d’entre eux, Pentecôte sera, cette année encore, synonyme de tournoi. Parmi tous ceux qui animeront nos territoires durant ce week-end, celui organisé par l’Association Sportive de Dirinon a su, au fil des années, se tailler une sacrée réputation, bien au-delà des frontières du Finistère et de cette magnifique et accueillante région bretonne, si chère à mon cœur.

Il suffit de jeter un œil sur les équipes présentes pour s’en persuader. Pas moins de dix-neuf nations seront représentées sur les pelouses du complexe sportif Olivier-Kerdraon… J’imagine la fierté et le bonheur des jeunes pousses finistériennes de pouvoir se mesurer à des équipes renommées comme West Ham, l’AS Rome, Benfica, le Bétis Séville, l’Inter Milan mais aussi des clubs de l’élite française notamment Nantes, Marseille, Bordeaux ou Monaco, quatre clubs que je connais bien.

Un tel plateau ne se compose pas en claquant des doigts. Je mesure et j’admire le dévouement mais aussi la compétence du comité d’organisation et de ses 400 bénévoles. Sans eux, cette grande fête du football, qui participe grandement à l’animation et à la belle image de leur commune, n’existerait pas. On a tendance parfois à opposer le football amateur et le football professionnel, alors que leurs acteurs respectifs partagent la même passion. Le tournoi de Dirinon rappelle que leur cohabitation est possible et harmonieuse, à partir du moment où chacun est persuadé qu’il a beaucoup à apprendre de l’autre.

Le football se conjugue invariablement au masculin et au féminin, désormais. Et c’est tant mieux. Saluons l’AS Dirinon, qui a eu la bonne idée de ne pas attendre la Coupe du monde 2019 pour faire une place de choix aux filles U13.

A tous les participants, je voudrais rappeler la chance qui est la leur de participer à cette très belle manifestation. Je me souviens de l’enthousiasme qui m’habitait lorsque, à leur âge, je partais en tournoi avec l’Aviron Bayonnais, puis avec le FC Nantes ou les équipes de France jeunes. En l’espace de quelques heures, on passe parfois par tous les sentiments. La tension monte, au fur et à mesure que la compétition avance et que les tribunes se garnissent. Quel que soit le résultat final, ce sont des souvenirs pour la vie que l’on se forge quand on participe à un tournoi comme celui de Dirinon.

Bien sûr, à 11 ans ou à 13 ans, on a très envie de devenir le futur Griezmann ou le futur Pavard. Avant de devenir champions du monde, Antoine et Benjamin sont passés par Dirinon, eux aussi. Comme eux, soyez généreux dans ce que vous entreprenez, restez à l’écoute de votre éducateur, respectez les arbitres et le public. Surtout, prenez du plaisir. Le plaisir, c’est l’essence du jeu. C’est souvent parce qu’on prend du plaisir dans ce que l’on fait qu’on devient performant. Excellent tournoi à tous. Depuis Clairefontaine, je me tiendrai informé des résultats. Que le meilleur gagne !

Didier Deschamps

Sélectionneur de l’équipe de France.