Catégorie : La presse 2017

La belle aventure de jeunes Philippins

C’est la première fois que le Gawad Kalinga FC, des Philippines, participe à un tournoi en Europe. Ses neuf garçons et trois filles de moins de 13 ans vivent une belle aventure grâce au football et une organisation non gouvernementale.

Une courte défaite, 1-0, contre l’équipe 2 de Dirinon, un peu de déception mais qu’importe, au fond ? Les jeunes moins de 13 ans de Manille, la capitale des Philippines, ne sont pas venus au tournoi pour remporter le trophée. Mais pour se construire en tant que futurs adultes. Le tournoi de Dirinon n’est pas habitué à recevoir des équipes asiatiques. C’est une organisation non gouvernementale ? Gawad Kalinga (« prendre soin », en philippin) ? de lutte contre la pauvreté, qui a envoyé les neuf garçons, trois filles et cinq adultes, pour quatre semaines sur le vieux continent. Une première pour eux, pour le club. Demain, ils joueront à Bégard (22). Au programme également : l’Espagne, la Suisse, Lyon, Marseille et Paris.

Issus de familles très pauvres

« Je ne suis pas sûr qu’ils réalisent pour le moment », expliquaient hier, au sortir d’un match, le Suisse Thomas Pfyl, entraîneur, et l’organisateur philippin Kevin Goco. « Nous avons de très bons retours de leurs familles d’accueil ici et, pour nous, leur comportement est essentiel.

Ils ont été sélectionnés parmi les jeunes des 14 équipes de football, sur les 2.500 villages créés par l’ONG. Ils viennent de familles du bas de la pyramide, très pauvres. Ils ont été choisis pour leur comportement et leur leadership », sans oublier leur goût pour le football, dans un pays où le sport roi est le basket. L’association créée par Tony Meloto aiderait environ un million de personnes. Elle a obtenu le prix Ramon Magsaysay, en 2007. Attribué par la fondation Rockfeller Brothers, il est parfois considéré comme l’équivalent d’un Nobel asiatique.

« Ils adorent la nourriture, les maisons… »

Le décalage n’est pas qu’horaire, pour ces enfants. Les jeunes Philippins trouvent qu’ici, « c’est fantastique. Tout est organisé, discipliné. C’est une très bonne expérience pour eux, continuent leurs responsables. Et ils adorent la nourriture, les maisons… ». Des donateurs, des étudiants (comme Philippe-Alexandre Vanhoye, originaire de la région lilloise, présent au tournoi) aident à la réussite de cette opération. Air-France KLM est partenaire et permet ainsi à la délégation de voyager et de découvrir d’autres réalités dans le monde, de construire leur personnalité et leur avenir.

Un tournoi international réussi

La 23e dition du tournoi de foot international de Dirinon est morte, vive la 24e ! Les organisateurs étaient satisfaits, hier, du déroulement du week-end, avec une bonne ambiance, de bons matches, l’apport toujours précieux des bénévoles comme des quelque 300 à 350 familles des clubs du coin. Elles ont accueilli des joueurs et dirigeants des équipes venues de loin, la plupart vendredi, d’autres plus tôt dans la semaine.

Plus de U13 garçons l’an prochain

Mais ils se penchent déjà sur l’année prochaine. « Nous avons toujours des détails à améliorer », admettait volontiers, en fin d’après-midi, René Le Moigne, coprésident avec Arnaud Clugery de la section foot de l’ASD et président du comité d’organisation du tournoi. « La gestion du podium, par exemple. Mais l’an prochain, il faudra tout repenser puisqu’il n’y aura plus de tournoi U13 garçons. Seulement U11 garçons et U13 filles. Les grands clubs se désintéressent de ce tournoi : ils préfèrent, à cet âge-là, de fin de cycle de foot à huit, jouer à onze sur des terrains plus grands. Il faudra grossir, d’une façon ou d’une autre, le tournoi U11. La réflexion est engagée, elle se développera surtout à partir de septembre ». Cette année, « des délégués de matches ont aidé les arbitres à faire la police sur le terrain et à valider les scores », explique aussi René Le Moigne.

Renforcer la sécurité

Une nouveauté. « Il faudra sans doute grossir aussi l’équipe de sécurité, notamment la nuit (lire par ailleurs le fait divers, page 8). Il s’agit de faire la chasse aux gars de 14, 15 ans qui circulent avec des bouteilles d’alcool. On le fait déjà depuis environ quatre ans ». Rien ne doit être laissé au hasard pour que l’événement se passe au mieux pour tout le monde.

Tournoi international de Dirinon Un plateau relevé et toujours varié

Plus de 900 joueurs sont dans les starting-blocks, à Dirinon, et s’imaginent déjà prendre la succession de Vannes, en U11, et du Stade Brestois, en U13. La compétition commence ce samedi, et le show promet. Le Tournoi de Dirinon chasse les grands d’Espagne. Après le FC Barcelone, c’est l’Atlético Madrid qui va découvrir cette compétition qui va rassembler près de 8.000 spectateurs, comme tous les ans. Les U11 Colchoneros espéreront prendre la succession de Vannes, vainqueur l’an passé, mais, pour cela, il faudra passer devant l’AS Roma, qui revient après une première expérience réussie l’an passé, mais aussi le Benfica Lisbonne, qu’on annonce très fort.

Jusqu’aux Philippines !

Les formations françaises de l’élite, ainsi que les locaux, pourraient donc être bien secouées, comme le confie Jean-François Kerdraon, vice-président du tournoi : « On sait qu’à partir des huitièmes de finale, ça ne se joue à pas grand-chose en U11, mais les Portugais nous ont dit de surveiller de très près le Benfica. L’AS Roma s’est bien renforcée aussi mais on a des valeurs sûres de L1 comme Lyon ou Saint-Étienne, qui seront bien aussi ». Cette année, une formation retiendra l’attention : le Gawad Galinga, qui vient des Philippines. « C’est une superbe équipe U13, prévient Jean-François Kerdraon. Ce sont des petits gabarits mais ça joue pas mal du tout. Cependant, il y a surtout le volet humain qui compte. Ces gamins ont vécu une superbe aventure et sont passés par Barcelone et Zürich avant de nous rejoindre ». Pourquoi pas une belle surprise ? On en attend aussi une belle pour les Brésiliens, qui étaient bloqués à Paris jeudi soir. À Dirinon, on espère bien les voir ce samedi face aux Irlandais, Estoniens, Canadiens, Anglais ou autres Roumains. Ce week-end, la planète du football est en Finistère.